MARS 2013 : CREATION DU G.P.P.E

Vu l'ampleur prise et le nombre de potiers inscrits (en augmentation constante), le groupement national d'achat de gaz des potiers céramistes (démarré avec l'association Teranga), est devenu indépendant.

Il est maintenant une association à part entière :

Ceci pour permettre, dans la continuité, une orientation sur l'énergie et contribuer à améliorer le travail des potiers. Entre autres projets : études et réalisations de nouveaux fours plus économiques (à gaz et autres combustibles).

Le GPPE reste toujours partenaire de Primagaz pour l'achat du propane.

Dorénavant vous pouvez vous adresser au GPPE (groupement de potiers pour l'énergie) pour toute question ou inscription.

Merci de ne plus utiliser l'ancienne adresse mail qui n'existe plus..

Courant avril 2013, tous les membres du groupement d'achat de gaz qui nous ont indiqué une adresse mail valide (+ les associations de potiers), recevront un courriel explicatif.

HISTORIQUE

 

 

Après une augmentation très forte du prix du gaz en 2000, et ayant découvert lors de plusieurs réunions de potiers que le tarif de la tonne de gaz était très variable selon les cas, l'association TERANGA (association de potiers de l'Aveyron) a décidé à l'époque, de lancer une enquête auprès de 500 potiers (en Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon) pour connaître le prix du gaz payé et la compagnie propanière qui les fournissait.

 

  • 70 réponses nous sont parvenues donnant une fourchette allant, à cette époque, de 3700 Francs (564€) à 9200 Francs (1400€) la tonne.

 

  • La consommation en gaz de ces 70 potiers représentait environ 230 tonnes à l'année.

 

  • Forts de ces informations, nous avons pris contact avec les directeurs de chaque propanier pour négocier les tarifs.

 

  • Primagaz nous a fait les meilleures propositions en s'alignant sur les prix qu'elle consentait au groupement d'achat des verriers existant depuis plusieurs années déjà.

 

  • Depuis, nous suivons constamment l'évolution du prix du gaz pour continuer à négocier des tarifs intéressants mais nous restons évidemment quand même tributaires du cours du pétrole.